Little League Elbow : Comment l’éviter !

Tu as peut-être déjà entendu ce terme, sans trop savoir c’était quoi ? Tu t’es peut-être demandé, c’était dû à quoi ? Ou bien, tu connais quelqu’un qui a dû arrêter de pratiquer un sport qui nécessitait des lancers à répétition pendant une longue période ? À l’adolescence le squelette des jeunes est immature, ce qui signifie qu’il est en pleine croissance. Tant que le squelette n’a pas atteint sa pleine maturité, l’adolescent continue à grandir. Toutefois, cela le rend vulnérable à différents types de blessures aiguës, traumatiques et/ou répétitives. Une région très vulnérable chez les adolescents est le coude puisque celui-ci se consolide généralement seulement vers l’âge de 15-16 ans. Le coude est donc très propice aux blessures de surutilisation comme la fracture de l’épicondyle médial communément appelé « Little League Elbow ». Un « Little league elbow » touche les jeunes athlètes qui pratiquent des sports impliquant un grand volume de stress au niveau du coude, comme lanceur au baseball.

Dans cet article, je t’explique comment la motion d’un lanceur provoque différentes tensions sur le coude et comment cela peut prédisposer l’athlète à différentes blessures. Quels sont les premiers signaux d’alarme et comment faire pour éviter ce type de blessure et rester actif tout l’été !!!

La motion du lanceur

Le baseball est un sport qui nécessite un volume important de lancer, surtout pour les lanceurs. La motion de lancer met en action plusieurs muscles du bras et provoque des stress et des tensions sur différentes structures. 

Entre autres le coude est grandement sollicité, une mauvaise technique ou bien une surcharge d’utilisation peut provoquer un important stress mécanique sur le coude. Si le coude reçoit trop de stress, il devient propice aux blessures sportives, tel que la fracture de l’épicondyle médiale. La motion de lancée est un mouvement complexe. Il s’agit d’un mouvement composé de 6 phases distinctes: 

  1. La préparation ‘’Wind-up ‘’
  2. L’armement précoce
  3. L’armement tardif
  4. L’accélération
  5. La décélération
  6. Le suivi

Chaque phase sollicite les nombreux muscles du bras différemment. L’incidence de blessure sera influencée par la technique qu’utilise l’athlète et la position du coude au relâchement de la balle. L’apprentissage d’une bonne technique est essentiel pour le bon développement de l’athlète en croissance. Il faut favoriser un encadrement adéquat et un entraînement personnalisé à l’athlète en fonction de son âge et son développement.

Premiers signes d’un « Little Ligue Elbow »

La fracture de l’épicondyle est une blessure qui demande une intervention et une prise en charge complexe et qui peut parfois laisser des séquelles à long terme. Il faut être attentif aux premiers signes et réduire rapidement le volume d’entraînement. 

Au début, une inflammation douloureuse sera perceptible sur la bosse interne du coude. De plus, les jeunes lanceurs auront tendance à se plaindre d’une diminution de leurs habilités à lancer fort et/ou loin. Il est possible qu’il minimise leur douleur pour ne pas se retirer ou dans l’espoir que la douleur disparaisse.

Il est essentiel d’être à l’écoute des signaux qu’envoie le corps et de lui donner le repos nécessaire pour éviter l’aggravation de cette blessure. Un bon renforcement musculaire des muscles sollicités ainsi qu’un entraînement de lanceur supervisé, bien structuré et dosé en fonction du développement de l’athlète est à considérer. La clé pour prévenir cette blessure c’est la prévention ! Il faut s’assurer que l’athlète soit bien encadré et graduel dans la reprise de son sport. 

Voici 3 éléments essentiels pour prévenir ce type de blessure: 

  • Un bon entraînement présaison 
  • Une technique de lancer appropriée
  • Des exercices de ‘’Warm-up’’ spécifiques

Quelques règles s’imposent 

Pour maintenir la santé des jeunes athlètes, la technique utilisée, le type de lancer et le volume sont 3 éléments essentiels. Plus la demande est grande au niveau de l’articulation, plus il y a de stress appliqués sur les différentes structures et plus l’athlète s’expose à des blessures. Une bonne technique de lancer doit être enseignée et mise en place dès le jeune âge. 

Les statistiques démontrent que pour chaque 10 lancers l’incidence de blessure augmente de 6% le risque de douleur au coude. Il va de soi que les ligues ont mis en place des limites de lancer pour préserver la santé de nos jeunes athlètes.

Baseball Québec (mettre le lien) a établi des règles pour protéger les bras des jeunes lanceurs. En fonction du type de compétition et de la catégorie, les lanceurs peuvent accéder au monticule selon un certain nombre de manche ou de lancer. S’il dépense la quantité autorisée, ils doivent automatiquement prendre une journée complète de repos.

Est-ce que ces règles mises en place par Baseball Québec sont suffisantes pour préserver la santé de nos jeunes athlètes ? La question reste à être évaluée…

En conclusion…

Une fracture de l’épicondyle médiale du coude « Little League Elbow » est une blessure qui survient chez les jeunes lanceurs dont la croissance n’est pas terminée. C’est une problématique qui s’installe graduellement due à une surcharge des muscles qui se rattachent sur le coude. Il est important d’être attentif aux différents signaux d’alarme et donner le repos nécessaire à notre bras avant d’atteindre le point de non-retour. Une bonne technique, de bons exercices, un bon « warm-up », un bon renforcement musculaire et un dosage approprié de la quantité de lancers sont nécessaires pour assurer un développement adéquat du jeune lanceur. Soyez attentif aux différents signes et faites attention à la spécialisation à un trop jeune âge !

Je t’invite à télécharger la fiche éducative expliquant le « Little League Elbow » et à partager cet article si tu crois qu’il peut être utile à l’un de tes contacts !

D'autres articles

Voulez-vous recevoir le journal du sportif gratuitement?