Les boissons énergisantes, pour ou contre?

En Amérique, c’est 85% des adolescents qui consomment de la caféine, et c’est près de 1 adolescent sur 15 qui consomme des boissons énergisantes. De plus en plus, nous voyons de nouveaux produits sur le marché qui font penser que cette alternative peut sembler meilleure pour notre santé, tels que porter la mention « biologique », « sans sucre » et même parfois, « sans caféine ». Une boisson énergisante sans caféine, est-ce possible? Oui, la caféine est un stimulant, mais il en existe d’autres. Parmi les plus populaires, il y a la théine, la taurine ou la guanine.

Mais qu’est-ce que la caféine, et pourquoi pense-t-on que c’est bénéfique?

La caféine est un stimulant naturel que l’on trouve dans le café, le thé, les sodas et bien sûr, les boissons énergisantes. La caféine est une molécule chimique qui vient contrer l’effet de la fatigue au cerveau. Donc, lorsque vous consommez de la caféine, vous pouvez vous sentir plus éveillé et plus alerte.

En tant qu’adolescent, est-ce que c’est bon pour mes performances?

Plusieurs études démontrent que oui, les performances peuvent être améliorées avec de la caféine. CEPENDANT, il est important de se rappeler que la caféine est une drogue et que, comme toute drogue, elle doit être consommée avec modération. La plupart des experts recommandent aux adolescents de ne pas consommer plus de 100 milligrammes de caféine par jour, ce qui correspond à peu près à la quantité contenue dans un petit espresso.

Voici 5 effets indésirables de la caféine 

  • Palpitation et agitation : Comme la caféine stimule le système nerveux, elle peut également faire battre notre cœur plus vite.
  • Augmentation de l’anxiété : la caféine peut créer et aggraver l’anxiété lorsque l’on en consomme en grande quantité.
  • Déshydratation : Quand le corps reçoit de la caféine, il reçoit également un message d’activer les reins, ce qui nous fait uriner plus souvent et en retour, peut causer la déshydratation. Cela est vrai plus la concentration en caféine est élevée dans un breuvage et plus l’on consomme de stimulants dans la journée. L’excrétion nous fait également perdre d’importants électrolytes comme le sodium.
  • Mauvais sommeil : C’est le point le plus important chez les athlètes. Les stimulants nuisent à la capacité de s’endormir et de passer une bonne nuit de repos. Il est important chez les athlètes de se reposer adéquatement afin d’avoir une récupération et des performances optimales!
  • Dépendance : une consommation de caféine au fil du temps peut entraîner une dépendance, c’est-à-dire que vous aurez besoin de plus en plus de caféine pour obtenir les mêmes effets. Les adolescents qui consomment régulièrement de la caféine peuvent éprouver des symptômes de sevrage s’ils essaient d’arrêter ou de réduire leur consommation.

Finalement, pour ou contre? 

Il est important de noter que la caféine affecte chaque individu différemment et qu’il n’existe pas de niveau de consommation de caféine “sûr” qui s’applique à tous les adolescents. Avec les plusieurs effets indésirables de la caféine, spécialement chez les adolescents il est peu recommandable de supplémenter la diète avec des boissons énergisantes. Si tu sens que tu manques d’énergie dans la journée ou pendant les entraînements, il est probable que ta routine de sommeil, ta nutrition ou tes paramètres d’entraînements soient mal ajustés. Pense à en parler avec les thérapeutes du sport de chez Équilisport si tu sens qu’il te manque d’énergie pour accomplir tes tâches.

Virginie Cloutier, Dt.p.


Sources :

Drake, C., Roehrs, T., Shambroom, J., & Roth, T. (2013). Caffeine Effects on Sleep Taken 0, 3, or 6 Hours before Going to Bed. Journal of Clinical Sleep Medicine, 09(11), 1195–1200. https://doi.org/10.5664/jcsm.3170

Grandjean, A. C., Reimers, K. J., Bannick, K. E., & Haven, M. C. (2000). The Effect of Caffeinated, Non-Caffeinated, Caloric and Non-Caloric Beverages on Hydration. Journal of the American College of Nutrition, 19(5), 591–600. https://doi.org/10.1080/07315724.2000.10718956

Juliano, L. M., & Griffiths, R. R. (2004). A critical review of caffeine withdrawal: Empirical validation of symptoms and signs, incidence, severity, and associated features. Psychopharmacology, 176(1), 1–29. https://doi.org/10.1007/s00213-004-2000-x

Temple, J. L. (2009). Caffeine use in children: What we know, what we have left to learn, and why we should worry. Neuroscience & Biobehavioral Reviews, 33(6), 793–806. https://doi.org/10.1016/j.neubiorev.2009.01.001

Temple, J. L., Dewey, A. M., & Briatico, L. N. (2010a). Effects of acute caffeine administration on adolescents. Experimental and Clinical Psychopharmacology, 18(6), 510–520. https://doi.org/10.1037/a0021651

Temple, J. L., Dewey, A. M., & Briatico, L. N. (2010b). Effects of acute caffeine administration on adolescents. Experimental and Clinical Psychopharmacology, 18(6), 510–520. https://doi.org/10.1037/a0021651

Tran, N. L., Barraj, L. M., Bi, X., & Jack, M. M. (2016). Trends and patterns of caffeine consumption among US teenagers and young adults, NHANES 2003–2012. Food and Chemical Toxicology, 94, 227–242. https://doi.org/10.1016/j.fct.2016.06.007

D'autres articles

Voulez-vous recevoir le journal du sportif gratuitement?